FORUM | 4/ Des révélations bouleversantes

Collège Alain - 2 février 2017

Cher Honoré de Balzac,

Je me permets de vous contacter car le hasard a voulu que je sois désigné pour prendre votre suite. A la fois honoré (jeu de mot involontaire) et quelque peu troublé de devoir succéder au maître incontesté du roman français, soyez assuré, Monsieur, que mes états d’âme ne me détournerons en nul point de la tâche qui m’incombe.
Trêve de bavardages et venons en à l’objet de mon écrit. Il semblerait que vous ayez omis de remplir la fiche script attachée à votre texte. Peut être avez vous supposé que nos capacités de déduction seules, pouvaient nous permettre d’entrevoir la destinée finale d’Armande et Léonard. Vous avez bien fait de supposer mais pouvez-vous toutefois éclairer notre chemin prosaïque ?

Votre Collège Alain
Réaliste et visionnaire


Collège Honoré de Balzac - 3 février 2017

Cher voisin Alain,

Je me permets à mon tour de vous répondre et de saluer, au passage, votre belle prose. Nous sommes ravis que vous disposez de notre merveilleux texte, enfin la fin en tous les cas !. Pour répondre à votre interrogation judicieuse (et même si nous avions effectivement pensé et pensons encore d’ailleurs, que votre pouvoir de déduction était/est de mise), il semblait que nous avions publié le script ! Bon, pas de panique, ma collègue, qui dispose des informations, devrait se charger de vous envoyer tout ça...
En attendant de vos nouvelles éventuelles, nous vous souhaitons une belle écriture (peut-être à la hauteur de celle de notre cher Honoré) avec Armande et Léonard ;

Votre collège Balzac, aussi réaliste et surtout rêveur

Collège Honoré de Balzac - 5 février 2017

Cher collège Alain,
c’est avec beaucoup moins de style que je vous réponds ce soir concernant le script. Je ne comprends pas, car il est bien sur le site, en tous cas, visible par moi. Je vous livre alors les informations qui y étaient distillées, soit :
- un tremblement de terre
- un arbre généalogique : armande est la petite fille de l’antiquaire
- "who’s that girl ?" de Madonna, qui correspondait bien à notre passage.

Voilà, encore toutes mes excuses pour la non visibilité de ces informations sur le script...

Bonne écriture !

Collège Balzac


Collège Alain - 7 février 2017

Mon très cher Honoré,

J’accuse réception de votre dernière missive. Soyez rassuré le nécessaire fut fait quant à l’affaire qui nous concerne. Votre amie s’est chargé de combler les manques qui nous faisaient défaut. Nous l’en remercions et saluons, au passage, son engagement comme son dévouement à votre égard.

Aidé de mes petites mains, nous avons pris votre suite et par conséquent les commandes de la destinée de nos héros.

Malgré nos efforts pour deviner les chemins tortueux pris par notre jeune héroïne, des interrogation demeurent ! Armanda et Armande semblent être une seule et même personne, placée très jeune dans une famille d’accueil suite à un drame familial. Si tel était le cas comment expliquer qu’un tableau la représentant se retrouve chez un antiquaire, de surcroît son grand père, sans qu’elle ait le moindre souvenir d’avoir fait la pose ? Son grand père se dévoile-t-il auprès d’elle ?

Si nous faisons fausse route, merci de nous montrer le chemin. Aidez nous à offrir à Armande une fin à la hauteur du délicieux voyage que vous avez contribué à lui dessiner.

Votre Collège Alain
Votre obligé


Collège Honoré de Balzac - 8 février 2017

Cher Collège Alain,

Armanda et Armande sont bien une seule et même personne, oui... Mais ce n’est pas Armande sur le tableau, c’est sa mère (biologique), donc la fille de l’antiquaire. Armande lui ressemble donc fortement... ce qu’a perçu l’antiquaire... qui a compris... sans rien dire à Armande.

Nous espérons vous avoir aidés et mis sur la voie !

Bonne route !

Honoré