se connecter
script forum écrire
Prologue

Résumé de la pièce Comment on freine ? Vingt lignes.
Critique de la mise en scène dans le style journalistique. Deux pages format A4.

Hugo souligne d’un beau trait rouge la phrase qu’il vient d’écrire mais en retirant la règle, le rouge, pas sec, bave un peu sur la page blanche.
Tant pis.
Le devoir est à rendre pour le lendemain matin, il est 22 heures et la note compte double.
Faut s’y mettre, faut s’y mettre.
Alors c’était quoi déjà, l’histoire ?
Il était au dernier rang entre Samantha et Nassim, ils ont joué pendant toute la représentation à Rider, sans se faire prendre, la prof est complètement bigleuse.
Alors donc, voilà.
Voilà, voilà, voilà.
H&M, c’est pas possible, au boulot !
C’est son surnom à l’école. Les initiales de son nom.
Hugo Martinet.
Et c’est aussi parce qu’il est plutôt du genre très stylé.
Baskets de marque, tee-shirts aussi.
Il aime les habits et sa mère ne lui refuse rien, même si, parfois, elle a des accès de sévérité, pour faire comme si.
Depuis que Papa est parti, l’appartement est sens dessus dessous et le frigo, assez vide.
Il contemple les lignes bleues de sa copie comme des vagues qui l’emportent au loin, vagues d’écume, déferlantes de sommeil, nager, dormir, c’est quand les vacances ? Et où c’est qu’on va, cette année ? Et est-ce que Papa va revenir ? Et...
Tu te disperses, H&M. Défaut de concentration. Elle a raison, la prof.
Donc, au début, sur la scène, y avait que des cartons de déménagement et pas de vrai décor, c’était pas comme je croyais, le théâtre, et en plus, il se passait rien, y avait que des gens qui parlaient
Mais de quoi déjà ?
Hélyette, la première de la classe, avec qui il a la cote, lui a un peu expliqué l’histoire mais il n’a pas tout retenu car elle a vraiment de trop beaux yeux pour pouvoir l’écouter, sans se déconcentrer.
Dans les cartons, y avait que des habits, et tout à coup, il y a une indienne qui est sortie d’un carton et qui s’est mise à danser, dans une robe rouge de là-bas, mais en fait, elle était pas indienne, elle était plutôt ouvrière, ou plutôt morte, non, plutôt revenante, comme un fantôme, je sais pas mais très jolie.
Bon, c’est pas bon. Je recommence.
Hugo prend une nouvelle copie et réécrit l’intitulé de l’exercice, qu’il souligne, sans baver cette fois.
Ok, maintenant, c’est la bonne. Et ensuite, sous la couette.
Donc, c’est l’histoire d’un couple qui arrive dans un nouvel appartement, et la femme, elle sort de l’hôpital parce qu’elle a eu un accident de voiture le même jour qu’une usine qui s’est effondrée en Inde
Mais non, c’est pas en Inde, c’est où déjà ?
Se souvenant tout à coup qu’il s’agit d’une histoire tirée de la réalité, Hugo enlève son sweat-shirt tout neuf trop cool qu’il adore, regarde l’étiquette intérieure écrite en toutes les langues, ah voilà le français : 100% coton, chlore interdit, made in China.
Mais c’était pas China dans la pièce, c’était quoi déjà ?
Il regarde l’heure, il regarde son lit. Si sa mère était là, elle lui dirait d’aller se coucher et plus vite que ça.
Il finira demain, il mettra son réveil une heure plus tôt, et puis voilà, c’est pas un drame quand même.
Il va pour fermer les volets de sa chambre quand tout à coup, dans l’immeuble d’en face, la fenêtre de Madame Tortue s’illumine d’une lumière violette, presque irréelle. Une femme en sari rouge le regarde sans rien dire. Au même moment, sa lampe de bureau s’éteint brutalement.



Salut Poudre d’Armande
Violaine Schwartz
(...) Bison, c'est dur mais je m'accroche ! C'est super que tu puisses venir à la surprise-party. On va bien se marrer avec le Président. Applique-toi pour la chanson, je compte sur toi ! Tschüss ! Léonard

Salut Cerise confite ! Oups...ma tuile aux Armandes !
Collège Jean Moulin
(...) faisait-il là? Aucune idée... Et la souris de Bison ? Qu'est-ce que tu en penses, toi ? J'ai hâte que tu viennes m'aider à élucider cette histoire. Je ne comprends plus rien... Tschüss ! Léonard

Léonard en voit de toutes les couleurs
Collège Laurent Mourguet
(...) Etait aussi petite Mais sitôt qu’son élève est entrée Elle lui a enseigné En disant soyez sage Et, quand la trompette a démarré De tous ces enfantillages Il n'en est rien resté

Salut Armande Douce !
Violaine Schwartz
x’xxxèxx xxx xx xxxxx xx xxxxx xx xx xxxx xxxxx xx xxxxxx xxxx x’xxxxx. xxxxx xx xxx xx xxxxxxxxx xxxx xxx xxxxxxxxx xx x’xxxxéx-xxxxx xxxx x xxxxxxxxxx xxxx. xxxxx xxxx xxxxxxxxx, xxxxx x xxxxxx xx xxx xxxxxxxx xxéx, xx xx x’xxxêxx xxxx : xxxxxxxxxx, x’xxx xéxxxxxxxxx xxxxxxxxxxx, xxxxxx xxx xxxxxxxx ! xxxx, xxxx xx xx xxxxxx xxx xxxxxxxx à xxxxxxx xxxxxx xx xx xxxxxxx xxxxx xxèxxx xxxx xxxxx xxxx-xxx xxxxxx. xxx, xxxx x’x xxxxxxxé xx xéxxxxxxxxx xx xxxxxx xxxx xxxx xxxx xxx xxxxxxxx xxxxxxx, xx xxxx xxx, xxxx x xxxxxé xx xxxxxx xx xxxxxx xxxxx, xxxx xx xxxxxxx xxxx, çx xxxx x’xxxxxxx. xxxx x’xxxèxx xxx xxx xxxxxxxxxx xx xxxxxxxxx xx xx xêxxxxxx xxx xxxx xxxxxxx. xxxxxxx, xx xxxx xx’xx xxxxxx xxx xxxxxxx xx xx xxxxxxx xxx xxxx x’xxx xxxx x’xxxxxxxxé, xx x xéxxéxxxxx xxxx xx xxxx, xxxxx x’xéxxxxxx xx x’xxxxéx. x’xx xéxà xxxxxé xx xxxxxxx : " xx x x xxxx xxxx xxx xxxxxx xà xxxxxx, xx xxxxxxxx xx xéxxxxxxxx !" x’xxxxx xxx xxxxxxxxxx, xx xxxx, xxxxxx xx xxxxxxxx xxxxxx ? xx xxxx, xx xxxx, x’xxx xx xxxxxx xxxx xxxxx xx xx xxxx xx xxéxxxxxx xx xx xéxxxxxxxx, xx xxxxxxxx ! xxxxx xx xxxxxxxx, xxxx x’xxx xxxxxx. x’xxx xxxxx-xxxxé xxx x’x xxxxxxé xxxx çx, à xx xxx x’xx xxxxx xx xxxxxxxx, xx xxxxxxx xxxx x’xxx xxxxx xx xxxxxx : xxx, x’xxxxx xxx xx xxxxx xx xx xxxx, x’xx xxxx xxx xxxxx ! xxxxx xx’xx xxxx, xxx xxxxxxxxxx, xx xx xéxxxx x’xxxxxxx, xx xxxx, xxxxx xxxx xx xxxx xx xxxxx xxxxxxxéx. x’xxx xx xxxxxx xx x’Éxxx x’xxxx xxxx, xxx xxxxxxxx x xxçx xxxx xx x’xxxxxxxxxxxx xx xxxxxx xx xà-xxx, xxxxx xxxxxx xxx xxxxxxx xxxx xxxxx xxxx xxxx xxxxxxx xxxx xxxx, xxxx xx xxx x xxxxxx xxxxéxx xx xxxxx xxxxx-xxxxé, xxx xxx xxxxxxx xxèx xxxxxx xxxx xxxxxxxx, xxxx xxx xxxx xx xxxxx xxxxxéx à x’Éxxxéx, xxxxx xxxxx-xxxxé xxxx, xx xxxxxxxxxxx xx xxxxx-xxxx xx xx xxxxxxxx xxxx, xxx x xxxx xxxxxxxxéxx xx xxx xxxx x’xxx xxxxxxx, xxxxxéxx, xxxxxxxx, xxxx x’x xxx xx x’xxxêxxxx xx xxxxxxxx : çx xxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxx à xxxxx ! xx xxxxxxxx, xxèx xxxxxxxx, xx x xxxéxxxxxxxxx xxxxé xx xxxxxxxxxx xx xxxxxxxxxx xx xxx xxxx : x’xx xxxxxé xx xxxxxx xxxxxxxxxx xxxx xxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxx. xxx xx, xxx xxxxxxxxxxx xxx xxxxxxé xxxxx xxxxxxxx xx xxx, xxxx xx xxx xxxxxxxx x’Éxxx x’xxxx xxxx, xx xxx xù xx xxxxxxxx xx xéxxxxxxxx xxxxxx xxxx xxx. xx xxxxà x’xxxxxxx ! xx xx xxxx xx xxxxx ? xx xxxx, xx xxxx, xx xxxxxxxxxx à xxx xèxx. x’xx xxxxxé xxx xxxxxx xxé xxxx xx xxxxxx xx xx xxxxxxxxx, xxxx éxxxx xxxxxx xx xxxxxxèxxx xxxxxxxxxx : xxxxxx xxxxxxxxxxxx xxxxx. xx x’xx xxxxéx à xx xxxxxx xxxxx xxx xxxxxxôx x xxxxxé xx xxxx xx xx xxxxxx xxxx xéxxxxxx xxx xx xxé xxxxxxxx xxxx xxxx xx xxxxxxx xx xxxxx. xxxx xx xxx xxxxxxx xxxxxxxxéx. x’xxx çx ! xx’xxxx x xxxxxx x’xxx xxxx xxxxxxüx xx xxxxxxx. Çx xx xxxxx xxôxxxxxx xxxxxxx à xxxxx ! xxxx xxxx ? xx’xxx-xx xx’xx x x xxxxxx ? xxxxxxxx ! xxxxx, xxxxx-xxx xx xxxxxx. xxxxx, xxxx x xxxxxxxxxx xxxxxé xxxxx xxx xxxx xxxxxxxxxx : x’xxx xxxx xxxxx xx x’xxx xxxxxxxxxxxx ! xx xxxx xxxx xx xxxxxxxxé xxxx xx x’xx xxx xx xxxxx x’x xxxxx xxxxx xxx xxxxxéx. xxxx, xxxx xx x xx xxxxxxxx, xxxxx x’xéxxxxxx xx x’Éxxxéx, à xxxxx xxxxxx, xxxx çx xâxxx xxxx-êxxx xx xxxxxxxx xx xxx xèxx, xxxx xx xxxxxx xx xêxx xxxx xéxxxxxxx xx xxxxxx-xxxxèxx xx xêxx xxxxx xxx xxx xxxxxéx. x’xxx xxxxx xx xxxx. À xxxx xx xxxxx ! (...) mon père, soit on attend la fête pour découvrir le cadeau-mystère en même temps que les invités. C’est comme tu veux.
À tout de suite !
Léo

SCRIPT | Violaine Schwartz

Cher Léo-Cactus !

J’ai regardé mes mails juste avant de partir, j’ai dix minutes pour te répondre, avant de sauter dans le bus pour l’aéroport de Schönefeld, et hop, direct, Paris !
J’ai hâte de te voir tout vert avec des piquants partout, elle est incroyable cette Bison : déguisement obligatoire ! J’adore ! J’espère que le masque qu’elle a prévu pour moi m’ira bien. J’ai glissé dans ma valise une veste polaire à capuche qui fait très souris grise.
Je me demande bien en quoi se déguisera le Président de la République ? En Boris Vian, j’espère ! Ce n’est pas trop difficile pour lui. Et ton père ? En Vianbrioleur ? Ce n’est pas trop difficile, non plus, puisque c’est bien ce qu’il est, au final. Il nous a bien fait marcher, ton daron ! Et surtout, nous, on a vu le mal partout ! On a trop d’imagination !
C’est que des cadeaux pour la Bison, tout ça ! J’en reviens pas ! Qu’est-ce qu’elle est gâtée pour son anniversaire ! Vivement qu’on ait cent ans, nous aussi !
Les chaussures de Brigitte, en peau de bison retournée, ça va lui faire vraiment plaisir. Et ça m’étonnerait que l’Émir d’Abou Dabi se fâche pour si peu. D’ailleurs, il ne sera pas au courant, il habite trop loin, et si jamais il l’apprend, il pensera que c’est un vol, comme prévu par les conseillers du Président. D’ailleurs, on fait bien ce qu’on veut des cadeaux qu’on reçoit, non ? Si Brigitte ne peut pas les mettre, elle peut bien les donner à Bison, je ne vois pas où est le problème.
Quant au local, il me semble que c’est plus amusant de découvrir la surprise en même temps que tout le monde. Ton père a dû prévoir un bus pour emmener tous les invités de l’Élysée à son local. Je me demande vraiment ce qu’il y a dedans. Joli comme de l’art contemporain !
Mais c’est quoi, l’art contemporain ? Ça peut être tout et n’importe quoi.
Un mur de vidéos filmant les Vianbrioleurs au travail ?
Des sculptures fabriquées avec les livres volés ?
Des pages de Boris Vian collées du sol au plafond, comme une tapisserie littéraire ?
On verra bien.
Pour changer les paroles de la chanson que je dois interpréter tout à l’heure devant les invités de la fête, je vais y réfléchir au dessus des nuages, entre Berlin et Paris, mais ton refrain est déjà très bien :
« Il y a plus rien qui cloche là dedans, on approche du dénouement !"
En tout cas, j’ai une voix d’enfer, c’est à force de me gaver de sirop Mangemanche !
Je t’embrasse très fort et je te dis à très vite !
Armande grillée !

FORUM
0

On approche du dénouement
Collège N-D de Bellegarde

2018