se connecter
script forum écrire
Prologue

Armande, viens avec moi, il faut que je te montre quelque chose.
Léonard te tire par la manche dans une rue adjacente.
Mais j’ai pas le droit de traîner après l’école, en plus j’ai cours de piano.
Ton emploi du temps est rempli comme un œuf. Pas de jachère, ni d’herbes folles. Tennis, équitation, danse classique, piano, chorale baroque. Il faut bien t’occuper.
Allez, viens, il y en a pour cinq minutes.
Mais on va où ?
Surprise.

Tu aimes ce qui sort de l’ordinaire, pourtant tu ressembles à toutes les jeunes filles de ton âge : sac à dos tombant sur l’épaule avec pagaille de porte-clés accrochés au fermoir, tee-shirt à motif, mini-chaussette sur bande de peau dépassant du jean slim et Stan Smith en bout de course, aujourd’hui rouge sur rouge, tu as toute la gamme de la collection.
Maman, c’est mieux les blanches sur fond noir ou les noires sur fond blanc ?
C’est pareil, dépêche-toi, prends-les toutes, j’ai pas le temps.

Comme d’habitude.
Ta mère est toujours débordée, toujours pendue au téléphone, à parler chiffres, à dicter commandes, et ton père, toujours derrière ses fourneaux trois étoiles, à râper du raifort, à fricasser du porc, tu détestes L’Alsace à Paris, la brasserie art-déco qui les occupe tous les soirs.
Vous longez les grilles du parc Monceau, dans le 8ème arrondissement de Paris. Une vieille dame distribue des miettes de brioche à une volée de pigeons, une petite fille hurle à sa nounou qu’elle en veut, elle aussi, de la brioche, de la brioche, les arbres commencent à jaunir dans le soleil d’automne. Tu te revois la tête en bas, pendue aux barres métalliques de la cage à écureuil, l’odeur de rouille au creux des mains. De nouveaux enfants se bousculent autour du toboggan. Ce n’est plus ton territoire.
C’est loin ton machin-truc ? J’ai faim.
Léonard-le-Goulu te donne un bout de son sandwich, c’est dire s’il tient à ce que tu viennes. Léonard, c’est ton frère de cœur, tu le connais depuis toujours.
Cette année, vous partagez la folie des cactus. Vous vous faîtes des échanges de boutures. Vous comparez piquants et fleurs. Vous les baptisez. Toi, tu en as déjà sept, posés sur ton bureau : Tignasse, Duvet, Rouflaquette, Tif, Velu, Frisette et Crâne d’oeuf.
C’est encore loin ?
Le cartable pèse lourd, on vient de vous remettre les livres pour l’année à venir, le brevet, le brevet, tous les professeurs en ont parlé, ça va, on a compris.
Antiquité, salon de thé, antiquité, salon de thé. Tu connais le quartier comme ta poche. Heureusement qu’il y a les pixels pour voyager. Tu passes des heures en cachette sur ton ipod, emmitouflée au creux des draps, avec Youtube à fond la caisse : Sexion d’assaut, Stromae, LEJ, Sianna, Nekfeu, Lefa, ta chambre est envahie de visages, piqués sur le net et imprimés en grand format, le résultat laisse à désirer, couleurs floutées, rayures blanches en travers de l’image, mais qu’importe, ils sont là, sur tes murs, pour creuser une brèche dans ton univers, pour t’enseigner la vie.
Et tout à coup, Léonard s’arrête devant un magasin d’antiquité.
C’est là, regarde.
Un globe terrestre, une chaise à bascule, un vase chinois, une gazelle empaillée, un vieux tableau encadré d’or.
Ton cœur se fige. Ton cœur se glace. Ton cœur boomerang dans ta poitrine.
Léonard te prend la main et la serre fort.



Quitter le panier
Joy Sorman
(...) sur le toit et un local à vélos – elle se dit qu’ils pourront peut-être revenir une fois les travaux achevés, réintégrer les lieux, exercer une sorte de droit au retour, car c’est ici chez eux.

Chapitre 2 Dernière journée au Panier
Collège André Lassagne
(...) bientôt , elle rentre tristement dans l'appartement de son enfance, plein de souvenirs qu'elle devra quitter dès le lendemain. Elle se couche, se remémorant cette dernière journée au Panier….

Comment en sortir ?
Collège Georges Charpak
(...) qui sort de chez lui au bon moment, les rues vides, la chute qui durent, les contours de sa vision floue… Elle se trouve dans un rêve. Mais comment en sortir ?

Comme dans un rêve
Collège de la Haute Azergues
xxxx xéxxxxxxxx xxx xxxxxxx xxx xxx xxx xxxxxxx xxx éxxxxxxé, xxxxx x’xxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxx xx xxx xx xxx xx xxxxx. xxxx xxxxxxx xxx xxxxxxx xx xx xxxèxx xéxxxxxxxxx : xx xêxx xxx xxxxxx xx xx xxxxxxxx xxx xxxx xxx. xxxxxèxx, xxxx xxxxxxx xx xxxxxxx xxx x’xxxxxxx à xx xxxxxxxxx xx xxx xxx xxx. xxxxx xxxx xx xx xxxx xxx, xxxx x’xxxxxxx xxxx x’xxxxxxx xxxxxx xéxxxxx. xxxx xxxxxx xxxxxxxxx xxx xxxx xxx xxxxxxxx xx xx xxxxx xxx xxxxxx xxx xx xxxxxxxxxx xxxxxx xxx xxxxxxx. xxxxxé xx xxxxxxx, xxxx xxxxx xxx xxxxx xx xxxx, xx xéxxxx xx xxxxxx xxxxxxxx xx xxxçxx. xxxèx xxxxx xxxxxé xxxxxxx xxxxx, xxxx xx xxxx xxxxxx xx’xxxx xx xxxxxxxîx xxxx xx xxxxxxx, xxxx xx xxxx xxx xù xxxx xx xxxxxx. xxxx xxx xxxxxx. xxxxxxx, xxxx xxxxçxxx xxx xxx xx x’xxxxxxxxxx : " xxx ? xxx ? xxx, x’xxx xxxxxx. xx ! xéxxxéx xx xxxx xxxxxxx ! xx x’xx xxxxxxxx xxxx xx xxx. xù-xxx-xx xx’xx xxx ? xx’xxxxxxx xx xxxxxxxxxxx, xxxxxx xxx x’xx xxxxx x’xù x’xx xxxxx, xéxxxx-xx, éxxxxxxxxxx. xx, xx xxxx xxxx xx xxxx xxx ? x’éxxxx... xx éxxxx xxxx ?" xx xxxx xxxxxxx x’xxxxxxxx. xxxxxx xxxxxx xxèx xxxxxxé à xxx xxxxxxxé, xx xx xx xxéxxxxxx xxxx xx xxxx. xxxx x’xxxxxxx xx xxxx xxèx : xx xxxxxx xxx, xx x xxx xêxxx xxxxxxx xxxxx éxxxxxxxéx, xxx xêxxx xxxx xxxxx xx xxxxxx, xx xêxx xxx xxxxx xx xxx ; xx xxxxxxx xx xxxxxxx à xxxxxxx xxx xxxxxx ; xx xxxxxx à xx xxxx xxxxxxxx xx xéxxxxx xxxxx x’xx éxxxx xûx xx xxx ; xx x’xxx xxx xxxx xxxxx xxx xxxx ; xxx xxxxxx xxxx xxxxxxxx xx xxxxxxèxx xx xxx xxxxxxxxxx xxéxx. xxxèx x’xxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxé, xxxx, xxxxxéx xxx xx xxxxxxxxé, xxxxxxx xx xxxxx xx’xx xxx xx xxxxx x’éxxxxx : xx x’xxxx x’xxx xxéxxx xx’xxxx xxxxxxxîx xxxéxxxxxxxxx, xxxx x’x éxxxxéx xx xxxxxx : « xx x’xx xxxxxx,xxx xxxxxx xxxx xxx xxxxxx xxxxéxx ; […] xxx xxxxxx xxxxxxx xxxxx xx xxxxx xxxx. xxxxx - xxxxxx xêxxxx... » xx xxéxxx x’xxx xxx xxxxxxéx xxxx xxxx xxxxxxx xéxà xx xxxxx xx xxxxxxxx xx’xxxx x xxxxxxxxé xxxxxxx. xxxx xxxxx xx xxxxxxxx xx xxxxxxxxxxxx xxxx xxxxxx xx xxx xxxxxxx xxxxxxx, xxxx xxxx x xxxxxx, xxx xx xxxxxxxxx à xxxxxx. xxxxxx xxxèxx xx xêxx, xxx xxxxxx xx xéxxxx : « xx xxxx xxxxxxxx, x’xxx xx’xx xx xxxxôx xù xx xxxx xxx. xx xxx x’xx xxxx xxxxôx xx xx’xx xx xxxxxxxx xxx xxxxx ». Éxxxxxxxxéx xxx xx xxxçxx, xxxx xx xxxx xxx xxxxxxx xxx xxxx xx’xx xxxxxxxxx xx xxxxx xxèxx. xx xxx xxxxxxxx x’xù xxxxx xxx xxxxxxxxxxx xx xxxxxxxx xx x xxxxé xx xxxxà xxx xxxxxxx, xx xx xxxxxx xxxx xx xxxxx : xx x xx xxxx xxxxxx éxxxxxéx. xxxx xxxxxxxxx xxxx, xxxx xxxxxx xxxx xx xéxxx... xxxxx xxxx xxxxx xxx xxxx, xxxx xxx xxxx xx xxxxxxx ! xx xxxxxxà xxxx xx xéxxxxé. Çx xxxxx x’xxx xx xxxx xxxxxxxx ! xxxx xxxxxx xxxxxxxxx xxxé xx’xxxxxx xxxx xéxx... xxx ! xx xxx ! xxxx x’xxxxx xxxxxé... xxxx xx xéxêxxx xx xx xxéxxxxx xx xx xxxxxx xxx xxxxxxx xxxxx xéxxxxxx xxxx xxxx, xxxxx xx xxxxxxx xéxxxxxxxxxxx xxx xxxxxxxxxxx. xxxx xxxxxxx xxx xxxxxxx, xxxx xx xx xxxxxxxx xxx à xxx xxxx xxx. xx’xxx xx xx’xx xxx xxxx xx xx’xxx xx’xx xxxxxxxxx à xxxxxx ! xx x’xxxxxxxx xxx xx xxxx xxxxx’xx xxxéx. xx x xxx xxxxxxxxx à xx xxxx (...) nez avec Tim. Qu’est ce qu’il est beau et qu’est qu’il ressemble à Arthur ! Il l’entraine par la main jusqu’au musée. Il a une cicatrice à la main droite...

SCRIPT | Collège de la Haute Azergues

Ma Bohème Arthur Rimbaud

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !
Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou
Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;
Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !
Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

FORUM
5

5/ Ce que grandir veut dire
Collège du Tonkin

2016