se connecter
script forum écrire
Prologue

Armande, viens avec moi, il faut que je te montre quelque chose.
Léonard te tire par la manche dans une rue adjacente.
Mais j’ai pas le droit de traîner après l’école, en plus j’ai cours de piano.
Ton emploi du temps est rempli comme un œuf. Pas de jachère, ni d’herbes folles. Tennis, équitation, danse classique, piano, chorale baroque. Il faut bien t’occuper.
Allez, viens, il y en a pour cinq minutes.
Mais on va où ?
Surprise.

Tu aimes ce qui sort de l’ordinaire, pourtant tu ressembles à toutes les jeunes filles de ton âge : sac à dos tombant sur l’épaule avec pagaille de porte-clés accrochés au fermoir, tee-shirt à motif, mini-chaussette sur bande de peau dépassant du jean slim et Stan Smith en bout de course, aujourd’hui rouge sur rouge, tu as toute la gamme de la collection.
Maman, c’est mieux les blanches sur fond noir ou les noires sur fond blanc ?
C’est pareil, dépêche-toi, prends-les toutes, j’ai pas le temps.

Comme d’habitude.
Ta mère est toujours débordée, toujours pendue au téléphone, à parler chiffres, à dicter commandes, et ton père, toujours derrière ses fourneaux trois étoiles, à râper du raifort, à fricasser du porc, tu détestes L’Alsace à Paris, la brasserie art-déco qui les occupe tous les soirs.
Vous longez les grilles du parc Monceau, dans le 8ème arrondissement de Paris. Une vieille dame distribue des miettes de brioche à une volée de pigeons, une petite fille hurle à sa nounou qu’elle en veut, elle aussi, de la brioche, de la brioche, les arbres commencent à jaunir dans le soleil d’automne. Tu te revois la tête en bas, pendue aux barres métalliques de la cage à écureuil, l’odeur de rouille au creux des mains. De nouveaux enfants se bousculent autour du toboggan. Ce n’est plus ton territoire.
C’est loin ton machin-truc ? J’ai faim.
Léonard-le-Goulu te donne un bout de son sandwich, c’est dire s’il tient à ce que tu viennes. Léonard, c’est ton frère de cœur, tu le connais depuis toujours.
Cette année, vous partagez la folie des cactus. Vous vous faîtes des échanges de boutures. Vous comparez piquants et fleurs. Vous les baptisez. Toi, tu en as déjà sept, posés sur ton bureau : Tignasse, Duvet, Rouflaquette, Tif, Velu, Frisette et Crâne d’oeuf.
C’est encore loin ?
Le cartable pèse lourd, on vient de vous remettre les livres pour l’année à venir, le brevet, le brevet, tous les professeurs en ont parlé, ça va, on a compris.
Antiquité, salon de thé, antiquité, salon de thé. Tu connais le quartier comme ta poche. Heureusement qu’il y a les pixels pour voyager. Tu passes des heures en cachette sur ton ipod, emmitouflée au creux des draps, avec Youtube à fond la caisse : Sexion d’assaut, Stromae, LEJ, Sianna, Nekfeu, Lefa, ta chambre est envahie de visages, piqués sur le net et imprimés en grand format, le résultat laisse à désirer, couleurs floutées, rayures blanches en travers de l’image, mais qu’importe, ils sont là, sur tes murs, pour creuser une brèche dans ton univers, pour t’enseigner la vie.
Et tout à coup, Léonard s’arrête devant un magasin d’antiquité.
C’est là, regarde.
Un globe terrestre, une chaise à bascule, un vase chinois, une gazelle empaillée, un vieux tableau encadré d’or.
Ton cœur se fige. Ton cœur se glace. Ton cœur boomerang dans ta poitrine.
Léonard te prend la main et la serre fort.



lysa
les racines

Claude
Et cet homme d’ou venait-il ??

Claude B.
Un bateau sans fond, un écho sans fin...

Fay
Joe & Jon
SCRIPT |

Partir, enfin, ne pas se retourner, jamais, ne rien regretter, aller toujours de l’avant, ne pas s’arrêter, jamais. Salomé ne veut plus entendre parler de sa vie d’avant, trop de mensonge, d’horreur, de souffrance. Elle ne veut plus en entendre parler. Elle à le sentiment de vivre, enfin, avec cet air de la mer qui à une odeur de liberté. "Ca va aller ?" dit une voix à son oreille et elle sent une main sur son épaule, elle se retourne et voit deux hommes, identiques, grands, roux, barbus, l’image que l’on se fait des vikings dans les histoires du grand nord.
"Moi c’est Joe" dit l’un.
"Et moi Jon" dit l’autre.
"Moi c’est Salomé, enchantée." Elle sourit "et oui ça va, ça va merveilleusement bien même."
Après plusieurs mois de voyage, ils ne comptaient plus les jours, les vivres et l’eau potable devenait rare, il devenait urgent de trouver une terre. Salomé se mit même à regretter sa maison qu’elle avait haï, juste pour pouvoir manger un plat que lui faisait son cuisinier, mais plus de poisson, elle ne pouvait même plus supporter l’odeur du poisson, le seul aliment qu’ils mangeaient sur ce bateau, et les lits... son lit confortable, avec sa couette douce lui manque terriblement. Alors qu’elle regrette sa maison pour la centième fois, le guetteur hurle : "TERRE EN VUE ! Nous somme sauvé !" Tout l’équipage court sur le pont criant de joie. Salomé était porté par les deux jumeaux, Joe et Jon, elle était devenue leur petite sœur. Elle est la seule sur le navire à savoir les différencier, elle le fait même naturellement. "Mais c’est simple pourtant, Joe à les yeux gris et Jon à les yeux bleus" répète-elle toujours énervée aux autres matelot qui lui demandent "Mais Salomé, comment tu fais ?". Joe pleure, Jon se retient, Salomé les connait bien et sais que Jon ne pleurera pas, trop fière pour ça. Joe lui n’a pas peur de montrer ses sentiments, les deux frères se ressemblent peut être physiquement mais leur mentalité est différente en tout point, Joe est franc, montre ses sentiments et n’a pas peur de foncer dans le tas. Jon, lui est plus réservé et préfère agir dans l’hombre, il a toujours protégé les personnes sans que cela ce sache.
Le capitaine veut faire un discours pour la forme : "Mes chèrs matelots, après ce long voyage, enfin une terre en vue. Que cette terre soit fertile et que son eau sois potable, et qu’il n’y ai pas de cannibales pour nous manger !" Rire, sourire, joie, tous sont heureux.
Salomé monte dans la barque pour se diriger vers cette nouvelle terre avec ses frères de voyage.

FORUM
0

liane
Vague promenade

2016