se connecter
script forum écrire
Prologue

Salut Armande grillée !
Dis-donc, tu ne sais pas ce que tu rates, ici. On prépare les 100 ans de Bison, mon arrière grand-mère zazou. Tu t’en souviens, tu l’avais rencontrée l’année dernière à Ville d’Avray ? Elle est en pleine forme. On dirait même qu’elle rajeunit de jour en jour sous ses couettes bicolores. Elle est toujours copine avec sa souris grise à moustaches noires. Elle regarde en boucle et très fort sur son ordi l’intronisation d’Emmanuel Macron, elle est persuadée qu’il s’agit d’une réincarnation de son Boris Vian chéri. Elle m’a montré une photo de lui : je reconnais qu’ils sont copie conforme. L’autre jour, elle m’a offert une trompette.
Tu as 15 ans maintenant, c’est l’heure de t’y mettre, mon petit Boris.
Elle ne m’appelle jamais Léonard. Elle dit que ça ne me va pas. Ma grand-mère Chloé, c’est à dire la fille de Bison, n’est-ce pas, et la mère de mon père, tu me suis j’espère, Mamie-Chloé donc, déteste Boris Vian presque autant que sa mère l’adore.
Mais lâche-le avec ton Vian, tu m’as pourri la vie avec ce snobinard, tu ne vas pas recommencer !
Moi, ça m’est égal. Qu’elle m’appelle Boris, si ça lui chante !
Je l’adore, la Bison. Avec ses yeux vairons, elle voit des choses extraordinaires. Elle prétend, par exemple, que les carreaux de la cuisine changent de couleur en fonction du plat servi sur la table. On mange une soupe de cresson, ils verdissent dans les coins. Moi, au vrai, je ne vois pas trop la différence, mais je la crois.
L’autre jour, elle m’a tendu un miroir grossissant :
C’est mon secret, tous les jours, je me zyeute là-dedans et les rides en se voyant si laides en ce miroir se retirent sous la peau, ni vu ni connu. Ça marche aussi pour les comédons.
J’ai essayé, tu ne vas pas me croire mais j’ai une peau de bébé magnifique. Tu verras comme je suis beau sur le selfie que je t’envoie en pièce jointe.
Avec mon père, on a décidé de faire réparer son pianocktail, tu sais, cet instrument qui transpose des mélodies en cocktails ? Pour le moment, il est bloqué sur On the rocks. Il ne fait plus que des glaçons, qu’elle avale cul sec, comme si de rien n’était, elle n’a pas froid aux yeux ! Elle s’est, de surcroit, (t’as vu comme je parle bien ?) mis en tête de faire une surprise-party comme au temps de sa jeunesse. Elle veut que j’invite mes potes parce que les siens sont tous morts, je lui dis yes pour ne pas trop la vexer mais je n’en parle à personne. À part toi, je ne vois pas trop qui inviter. Mais, dis donc ! Tu pourrais faire l’aller-retour. Allez ! Oublie un peu tes vocalises à Berlin et viens boire un Virgin Mojito à la fraise sur un air de Chopin. Comme ça, je te montrerai aussi Crâne d’oeuf : il a des petites tâches en accordéon sur les aréoles, je ne comprends pas d’où ça vient. Peut-être que tu lui manques un peu. Les autres cactus se passent très bien de toi, il sont magnifiques. Ma chambre ressemble à une serre tropicale. Ma mère n’y met plus les pieds, elle est furieuse, bon débarras. J’ai eu mon premier cours de trompette. Je me suis démonté la mâchoire mais j’ai réussi à sortir un do. Si je travaille tous les jours, j’arriverai peut-être à jouer cent notes de Duke Ellington à la Bison pour ses cent ans. Et toi, tu fais des arias toute la journée dans ton stage nec plus ultra pour futures divas ? Et l’allemand, tu t’en sors ? Donne-moi des news et regarde les billets d’avion Berlin-Paris, pour le week-end du 18. Grouille, c’est dans trois semaines.
Tschüss.
PS : ça y est, c’est demain ! Mon père ouvre enfin sa librairie ! Changement de vie !
RE- PS : si jamais, à Berlin, tu vois des chaussures en peau de bison à semelles compensées, achète-les pour Bison, taille 36. Je te rembourserai. Ici, je ne trouve pas. Elle en rêve depuis si longtemps.



Une étrange enveloppe
Maylis De Kerangal
(...) s’élance dans la rue qui résonne comme un défilé rocheux, et disparait. Alors, reprenant ses esprits, Bianca saisit les ciseaux sur l’étagère, et cœur battant à tout rompre, ouvre l’enveloppe.

Chapitre 2
Yves-Armel MARTIN
(...) foncée. Le premier, près du chiffre 5, était "Luc"; le deuxième, entre le 2 et le 1, était "Blanche". Ces deux prénoms, traduits en portugais, étaient donc le sien et celui de son frère Lucas.

L’écorce et le noyau
Isabelle VIO / Nicolas Bernard
x’éxxxxx xx xx xxxxx xxxxxx x’xxxxx xxx xxxx xxx xxèxx xxxxxx xxxxxxxxx xxxx. xxxx, xêxxxx xx xxxxèxxx xxxxxxxxxxx, xx x’xxxxxxx à xx xxx, xxxxxx xxx xxxxx xxéxéxxxx, xxxxxx xx xxxxxxxx, éxxxxxx xxxx x’xxxxx xx xxxxx. xxxx xx xxxxxx xxx xxx xxxxxèxxx xxxéxx, xxxx xxxxx xx xxxxx xx xx xxxxxxx, éxxxxxxxé, éxxxé xêxx xxxx xxxxxxxx. xxxx éxxxxxxxxx xxxxxxxxx xxxxxxx xxxx xxx xxèxx, xxx xxxxxx xxx, xxxxxé xxx xxxxxxxxx xxxx xxxxxxxxxxxx xx xxxxxxxxx à xxxx « x’xxxxxxxx », à xxxxx xxïxxxxxx xxxx xxxx, xx xxxxèxx xxxxxxxxx, xxxxxx, xxxx xxx xxxxxxxxxxx xx xxxx. xxxxx xxxx xxxxxxx à xxx, xxxx xxxxxxx à xxx xxxxx. xxxxxxx xxxxx xx x’xxxxx, xxxxxx xxxxxxxxx xxxx xxxxx, xxxxxx’xx x’xxxxxxxx x’xxxxxxx à xâxxxx xxxx xx xxxxx éxxxxx x’xxx xxxxxx, xx xêxx xx xxxxxxxxxxx. xxxx xxx xxxxxx xxxx xxx xxxxxxxxxxx xxx xxxxéxxxxxx xxxxxxx xxxxxxxx xx xxx xxx xxxéxx, xxxx xxx xêxxxx xxxxxxx xx xxxxxxx, xx xxx xxxxxxx x’xxx xxxxxx à x’xxxxx xxxx xxx xxxxxxxé xx xxx xxxxxxx xéxxxxxxxxxxxx, xxxx xxxxxxx éxxxxxxxxéx xxx xx xxxxxxx éxxxxxxxx xx xx xxxxxx xxx xxxxxx, xxx xx xxx xx xxxxx xxxxxx, xxxxéxx, xxx xxxxxxxxxx à xxxxxx xxxx xxéxx xxxxxx xxx xxxx xx xxxxxx xxx xx xxxxx, x’xxxxxxxx xxxx xxxx xx xx’xx xxxx xxxxx xxxxxxxxxxxxxx x’xxxxxxxx. xx xxxxxé xxx xxxxxx, xxx xxxxxxxxx x’xxx, xx xxéxxx xxxxx, xxxxà xx xxx x’xxxxx xxxxéx, xxxxxx’xxxx xxxxx xxxxxx xxxx xxxxx xx xxxxxxx xxxxxxx. x x’éxxxxx, xxxx xx xxxxxx xxx xxx xxx xxèxx xxxêxxxxxx xxxxxxx xx xxxxxxxxx xx xxxxxxx xxx, xx xxxxxxxxxx xxxx xx xxxxxxx xxxxx xx xxxxxx xxxx xxx xxxxèxx, xxxx xxxxxxé, xxxé xxxxxxx, xx xéxxxxxx xxxxxéx, xxx xxxxxxxx xxxx xxx xxxxxx, xx xx’xx xx xxxx. x’xxxèx xxx xxxxxxx xxxxxxx, xx xxxxx x’xxxxxxxx x’xxx x’êxxx xxxxé xxxx xx xxxxxx-xxxxèxx xxxxxxx, xxxxx xxxx xxx xxxxxé xx xxxèxxx, xxxxxx xxxxxx xxxxxx xx xxxxx xxxxé xxxx x’xxxxxx xx xéxxxxxxxxx, xx xxx xxxxxxxxxx xx xxx xéxéxxxx xxxx. xxxx xx xxx xxxx, xxxx xx x’xxxxx xxx xxxxxx xxxxxxxxx, x xxxxxxxxx x’xxxxxxxxx xxxx x 30 xxx à xxxxxxx xxx xxxx xxxxx xx xxxxx xxxxxxxé xx xxxxxx, xx xxxx xxxx xx xxxxxxxxx xxxx xxx xxèxx, xxxxx x’éxxxxxx xx xxxxx xx xxxxx xxxxx xx’xxxx xxx xéxxxxxxx xx xxxxx éxxxxx xxx xxxxxxxx xxxxxxxxx xxx xxèxx, xêxx xxxxxx, xêxx xxxèxx ? xxxx xxx xxx xéxxxxx à x’xxxx, xxxxx éxxxx xxxx xx xxxxx, xx xéxxxxx, xx xxxx xxx xxxx, éxxxx xxxxxxxxx xx xxxx xxxxx ; xx xxxxxxxx xxxxx xxx xxxxxxx xxxxxxxx à xxx xxxxx, xxxxxxxxxxx xxx xxxxx xx xxxxxxx xéxxx xx xxx xxxxxx xx xxxxxxxx. xxx xxxxxx xxxxxxx xxxx xxxx xxxxxxxxx xxxxxx xxxx xx xxxxxxxxxx xx xx xxxxxx xxx xxxxxxxx xxxx êxxx xxxxxx (...) à lui faire, mentionnait lui aussi un certain Félix et une grotte au Portugal. Les lampes torches dont elle remettait chaque jour la traduction de la notice lui seraient peut être utiles !

SCRIPT | Isabelle VIO / Nicolas Bernard

L’écorce et le noyau

Après avoir déchiffré le mystérieux graphique qui contient le nom de son frère (Lucas) et celui de Bianca (chapitre 2), Lucas est longuement évoqué dans ce chapitre 3.
- Il a cessé de parler il y a quelques années et pratique (comme Bianca) la langue des signes et l’envoi de textos.
- Il est le seul lien familial de Bianca, elle n’a plus de contact avec le reste de sa famille.

http://www.lyricsmania.com/la_famille_lyrics_michel_jonasz.html

- Lucas a lui aussi reçu le mystérieux graphique du commanditaire Félix. Il monte à Paris fêter ses 30 ans et parler de cette histoire, dont l’épisode suivant pourrait bien se passer au Portugal...

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hispa_0007-4640_1911_num_13_1_1686

FORUM
0

Chapitre 4
Christophe Monnet

2017