se connecter
script forum écrire
Prologue

Salut Armande grillée !
Dis-donc, tu ne sais pas ce que tu rates, ici. On prépare les 100 ans de Bison, mon arrière grand-mère zazou. Tu t’en souviens, tu l’avais rencontrée l’année dernière à Ville d’Avray ? Elle est en pleine forme. On dirait même qu’elle rajeunit de jour en jour sous ses couettes bicolores. Elle est toujours copine avec sa souris grise à moustaches noires. Elle regarde en boucle et très fort sur son ordi l’intronisation d’Emmanuel Macron, elle est persuadée qu’il s’agit d’une réincarnation de son Boris Vian chéri. Elle m’a montré une photo de lui : je reconnais qu’ils sont copie conforme. L’autre jour, elle m’a offert une trompette.
Tu as 15 ans maintenant, c’est l’heure de t’y mettre, mon petit Boris.
Elle ne m’appelle jamais Léonard. Elle dit que ça ne me va pas. Ma grand-mère Chloé, c’est à dire la fille de Bison, n’est-ce pas, et la mère de mon père, tu me suis j’espère, Mamie-Chloé donc, déteste Boris Vian presque autant que sa mère l’adore.
Mais lâche-le avec ton Vian, tu m’as pourri la vie avec ce snobinard, tu ne vas pas recommencer !
Moi, ça m’est égal. Qu’elle m’appelle Boris, si ça lui chante !
Je l’adore, la Bison. Avec ses yeux vairons, elle voit des choses extraordinaires. Elle prétend, par exemple, que les carreaux de la cuisine changent de couleur en fonction du plat servi sur la table. On mange une soupe de cresson, ils verdissent dans les coins. Moi, au vrai, je ne vois pas trop la différence, mais je la crois.
L’autre jour, elle m’a tendu un miroir grossissant :
C’est mon secret, tous les jours, je me zyeute là-dedans et les rides en se voyant si laides en ce miroir se retirent sous la peau, ni vu ni connu. Ça marche aussi pour les comédons.
J’ai essayé, tu ne vas pas me croire mais j’ai une peau de bébé magnifique. Tu verras comme je suis beau sur le selfie que je t’envoie en pièce jointe.
Avec mon père, on a décidé de faire réparer son pianocktail, tu sais, cet instrument qui transpose des mélodies en cocktails ? Pour le moment, il est bloqué sur On the rocks. Il ne fait plus que des glaçons, qu’elle avale cul sec, comme si de rien n’était, elle n’a pas froid aux yeux ! Elle s’est, de surcroit, (t’as vu comme je parle bien ?) mis en tête de faire une surprise-party comme au temps de sa jeunesse. Elle veut que j’invite mes potes parce que les siens sont tous morts, je lui dis yes pour ne pas trop la vexer mais je n’en parle à personne. À part toi, je ne vois pas trop qui inviter. Mais, dis donc ! Tu pourrais faire l’aller-retour. Allez ! Oublie un peu tes vocalises à Berlin et viens boire un Virgin Mojito à la fraise sur un air de Chopin. Comme ça, je te montrerai aussi Crâne d’oeuf : il a des petites tâches en accordéon sur les aréoles, je ne comprends pas d’où ça vient. Peut-être que tu lui manques un peu. Les autres cactus se passent très bien de toi, il sont magnifiques. Ma chambre ressemble à une serre tropicale. Ma mère n’y met plus les pieds, elle est furieuse, bon débarras. J’ai eu mon premier cours de trompette. Je me suis démonté la mâchoire mais j’ai réussi à sortir un do. Si je travaille tous les jours, j’arriverai peut-être à jouer cent notes de Duke Ellington à la Bison pour ses cent ans. Et toi, tu fais des arias toute la journée dans ton stage nec plus ultra pour futures divas ? Et l’allemand, tu t’en sors ? Donne-moi des news et regarde les billets d’avion Berlin-Paris, pour le week-end du 18. Grouille, c’est dans trois semaines.
Tschüss.
PS : ça y est, c’est demain ! Mon père ouvre enfin sa librairie ! Changement de vie !
RE- PS : si jamais, à Berlin, tu vois des chaussures en peau de bison à semelles compensées, achète-les pour Bison, taille 36. Je te rembourserai. Ici, je ne trouve pas. Elle en rêve depuis si longtemps.



Quitter le panier
Joy Sorman
(...) sur le toit et un local à vélos – elle se dit qu’ils pourront peut-être revenir une fois les travaux achevés, réintégrer les lieux, exercer une sorte de droit au retour, car c’est ici chez eux.

Chapitre 2 Dernière journée au Panier
Collège André Lassagne
(...) bientôt , elle rentre tristement dans l'appartement de son enfance, plein de souvenirs qu'elle devra quitter dès le lendemain. Elle se couche, se remémorant cette dernière journée au Panier….

Comment en sortir ?
Collège Georges Charpak
(...) qui sort de chez lui au bon moment, les rues vides, la chute qui durent, les contours de sa vision floue… Elle se trouve dans un rêve. Mais comment en sortir ?

Comme dans un rêve
Collège de la Haute Azergues
xxxx xéxxxxxxxx xxx xxxxxxx xxx xxx xxx xxxxxxx xxx éxxxxxxé, xxxxx x’xxxxxxxxx xxxxxxxxxxxxxxx xx xxx xx xxx xx xxxxx. xxxx xxxxxxx xxx xxxxxxx xx xx xxxèxx xéxxxxxxxxx : xx xêxx xxx xxxxxx xx xx xxxxxxxx xxx xxxx xxx. xxxxxèxx, xxxx xxxxxxx xx xxxxxxx xxx x’xxxxxxx à xx xxxxxxxxx xx xxx xxx xxx. xxxxx xxxx xx xx xxxx xxx, xxxx x’xxxxxxx xxxx x’xxxxxxx xxxxxx xéxxxxx. xxxx xxxxxx xxxxxxxxx xxx xxxx xxx xxxxxxxx xx xx xxxxx xxx xxxxxx xxx xx xxxxxxxxxx xxxxxx xxx xxxxxxx. xxxxxé xx xxxxxxx, xxxx xxxxx xxx xxxxx xx xxxx, xx xéxxxx xx xxxxxx xxxxxxxx xx xxxçxx. xxxèx xxxxx xxxxxé xxxxxxx xxxxx, xxxx xx xxxx xxxxxx xx’xxxx xx xxxxxxxîx xxxx xx xxxxxxx, xxxx xx xxxx xxx xù xxxx xx xxxxxx. xxxx xxx xxxxxx. xxxxxxx, xxxx xxxxçxxx xxx xxx xx x’xxxxxxxxxx : " xxx ? xxx ? xxx, x’xxx xxxxxx. xx ! xéxxxéx xx xxxx xxxxxxx ! xx x’xx xxxxxxxx xxxx xx xxx. xù-xxx-xx xx’xx xxx ? xx’xxxxxxx xx xxxxxxxxxxx, xxxxxx xxx x’xx xxxxx x’xù x’xx xxxxx, xéxxxx-xx, éxxxxxxxxxx. xx, xx xxxx xxxx xx xxxx xxx ? x’éxxxx... xx éxxxx xxxx ?" xx xxxx xxxxxxx x’xxxxxxxx. xxxxxx xxxxxx xxèx xxxxxxé à xxx xxxxxxxé, xx xx xx xxéxxxxxx xxxx xx xxxx. xxxx x’xxxxxxx xx xxxx xxèx : xx xxxxxx xxx, xx x xxx xêxxx xxxxxxx xxxxx éxxxxxxxéx, xxx xêxxx xxxx xxxxx xx xxxxxx, xx xêxx xxx xxxxx xx xxx ; xx xxxxxxx xx xxxxxxx à xxxxxxx xxx xxxxxx ; xx xxxxxx à xx xxxx xxxxxxxx xx xéxxxxx xxxxx x’xx éxxxx xûx xx xxx ; xx x’xxx xxx xxxx xxxxx xxx xxxx ; xxx xxxxxx xxxx xxxxxxxx xx xxxxxxèxx xx xxx xxxxxxxxxx xxéxx. xxxèx x’xxxxx xxxxxxxxxx xxxxxxé, xxxx, xxxxxéx xxx xx xxxxxxxxé, xxxxxxx xx xxxxx xx’xx xxx xx xxxxx x’éxxxxx : xx x’xxxx x’xxx xxéxxx xx’xxxx xxxxxxxîx xxxéxxxxxxxxx, xxxx x’x éxxxxéx xx xxxxxx : « xx x’xx xxxxxx,xxx xxxxxx xxxx xxx xxxxxx xxxxéxx ; […] xxx xxxxxx xxxxxxx xxxxx xx xxxxx xxxx. xxxxx - xxxxxx xêxxxx... » xx xxéxxx x’xxx xxx xxxxxxéx xxxx xxxx xxxxxxx xéxà xx xxxxx xx xxxxxxxx xx’xxxx x xxxxxxxxé xxxxxxx. xxxx xxxxx xx xxxxxxxx xx xxxxxxxxxxxx xxxx xxxxxx xx xxx xxxxxxx xxxxxxx, xxxx xxxx x xxxxxx, xxx xx xxxxxxxxx à xxxxxx. xxxxxx xxxèxx xx xêxx, xxx xxxxxx xx xéxxxx : « xx xxxx xxxxxxxx, x’xxx xx’xx xx xxxxôx xù xx xxxx xxx. xx xxx x’xx xxxx xxxxôx xx xx’xx xx xxxxxxxx xxx xxxxx ». Éxxxxxxxxéx xxx xx xxxçxx, xxxx xx xxxx xxx xxxxxxx xxx xxxx xx’xx xxxxxxxxx xx xxxxx xxèxx. xx xxx xxxxxxxx x’xù xxxxx xxx xxxxxxxxxxx xx xxxxxxxx xx x xxxxé xx xxxxà xxx xxxxxxx, xx xx xxxxxx xxxx xx xxxxx : xx x xx xxxx xxxxxx éxxxxxéx. xxxx xxxxxxxxx xxxx, xxxx xxxxxx xxxx xx xéxxx... xxxxx xxxx xxxxx xxx xxxx, xxxx xxx xxxx xx xxxxxxx ! xx xxxxxxà xxxx xx xéxxxxé. Çx xxxxx x’xxx xx xxxx xxxxxxxx ! xxxx xxxxxx xxxxxxxxx xxxé xx’xxxxxx xxxx xéxx... xxx ! xx xxx ! xxxx x’xxxxx xxxxxé... xxxx xx xéxêxxx xx xx xxéxxxxx xx xx xxxxxx xxx xxxxxxx xxxxx xéxxxxxx xxxx xxxx, xxxxx xx xxxxxxx xéxxxxxxxxxxx xxx xxxxxxxxxxx. xxxx xxxxxxx xxx xxxxxxx, xxxx xx xx xxxxxxxx xxx à xxx xxxx xxx. xx’xxx xx xx’xx xxx xxxx xx xx’xxx xx’xx xxxxxxxxx à xxxxxx ! xx x’xxxxxxxx xxx xx xxxx xxxxx’xx xxxéx. xx x xxx xxxxxxxxx à xx xxxx (...) nez avec Tim. Qu’est ce qu’il est beau et qu’est qu’il ressemble à Arthur ! Il l’entraine par la main jusqu’au musée. Il a une cicatrice à la main droite...

SCRIPT | Collège de la Haute Azergues

Ma Bohème Arthur Rimbaud

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !
Mon unique culotte avait un large trou.
– Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
– Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou
Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;
Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !
Arthur Rimbaud, Cahier de Douai (1870)

FORUM
5

5/ Ce que grandir veut dire
Collège du Tonkin

2017