SCRIPT | Collège Colette

Mon petit Léo,
Ne t’inquiète pas pour la librairie de ton père, c’est en unissant nos forces que nous trouverons une solution. Tu imagines bien que je ne vais pas te laisser te débrouiller tout seul. Je serai à Roissy vers 16 après-demain, vendredi 17 novembre. Je saute dans un taxi et je te propose de te retrouver, comme tu me le proposes, au café « L’coin de la rue ». Prévois les sandwichs et une bonne thermos de café bien chaud, il va falloir qu’on tienne toute la nuit. Monter une planque dans la librairie de ton père, ça s’organise.
C’est pas gagné ! Après le concert de chants grégoriens, je prévois demain soir, la veille de mon départ, d’aller voir une de mes amies, violoncelliste, le bonheur, elle va rejouer ce magnifique morceau interprété par Rostropovitch devant le mur de Berlin... ça va être un moment génial... j’adore ce morceau... comme tu vois, je suis gonflée à bloc, compte sur moi. Vianbrioleur gare à toi !

Große Küsse
Armande

P. S. : pas de soucis pour les chaussures de Bison, j’ai mis la main sur une magnifique paire de ballerines dans sa couleur préférée en plus... je t’en envoie une photo, elles te plaisent ?