SCRIPT | Celia

Lorsque la grand-mère Hiélena ouvrit la porte, elle ne le vit pas tout de suite. C’est Milo, son chien qui se mit à tâtonner, renifler, aboyer. C’est alors qu’Hiélena le vit, gisant. Pas de sang, aucune blessure, il semblait être mort sans aucune souffrance, il semblait presque dormir. La grand-mère n’osait pas appeler Shérif, son voisin, pour le déplacer. Comment fait-on lorsque l’on se retrouve avec un mort sur les bras ? Elle prit son courage à deux mains, alla chercher la brouette dans le jardin et se débrouilla tant bien que mal pour déplacer le cadavre jusque dans le garage. Encore sonnée, elle retourna dans son salon, s’installa dans son fauteuil. Et réfléchit à cette mort étrange. Hiélena chercha l’affection de son chien, et en tendant la main et baissant les yeux, se rendit compte d’une petite tâche de lumière, comme de la poussière d’étoiles, sur le dessus de la tête de Milo.