SCRIPT | Médiathèque Jean Prévost

L’avantage, quand on est une machine humanoïde, c’est que l’on peut griller toutes les étapes : inutile de grandir dans une famille pendant de longues années ou d’aller à l’école, puisque nos fichiers contiennent déjà toutes les connaissances humaines, ainsi que les sensations et sentiments de nos créateurs. On peut donc se mêler à nos presque semblables, les humains, dès l’instant notre naissance, et se lancer dans l’aventure sociale. Je suis donc prête, mais pour quoi faire ?
Pour moi, en tant que machine douée de sensibilité, l’important est de vivre ce que seuls les humains peuvent vivre. Je me suis donc mise à activer tous mes neurones artificiels pour réfléchir à ce que je pourrais vivre de typiquement humain : écrire de la poésie ? sauter en parachute ? vivre une grande histoire d’amour ? faire un enfant ? sauver la paix dans le monde ? Finalement, il m’a semblé que seule une aventure sans utilité immédiate, de pur plaisir, pouvait prendre une dimension spécifiquement humaine. Je me suis donc décidée à entreprendre l’ascension d’une montagne de 8000 mètres dans la chaîne de l’Himalaya. Il m’a semblé aussi que le minimum, pour une humanoïde douée de sensibilité, était de pratiquer la méditation bouddhiste d’influence tibétaine avant de me lancer dans cette expédition.