SCRIPT |

C’était Eric, son petit ami. Il n’était pas censé rentrer avant trois jours. Avec un large sourire, il entra, un peu essouflé par la monté des six étages. Il déposa ses bagages, et sans mot dire alla enlasser sa compagne. Il fit durer ce premier échange de tendresse, qu’il avait rever depuis plusieurs mois. Son voyage Erasmus fini, il avait eut hate de la retrouver.
Il sentais l’odeur de sa peau melée à celle de ses cheveux. Il s’ennivrait. Il goutait la volupté de ses lignes fines, mais fortes à la fois de gymnaste. Il avait eu envie d’elle tellement de fois, seul dans son lit, là-bas, en Ecosse. Il avait imaginé ce jour, de l’amour avec elle, qu’il ferait avec l’empressement du retour. De la manière qu’il prendrait pour la déshabiller lentement, en découvrant chaque partie de son corps, comme s’il s’agissait d’une Terra Incognita, d’un Nouveau Monde. Il découvrirait ses sein et les embrasserait. Il sentirait les tétons se rédirent sous l’effet de l’excitation. Puis, il descendrait ver la tiédeur de son sexe. Son corps se tordrait sous les spasmes crées par la montée du désir, jusqu’à l’explosion finale, l’orgasme. A près tout, c’était le centenaire de Duras. Et Eric avait lu l’Amant dans le train. Cela l’avait mis dans de bonnes dispositions.
"J’ai faim de ton corps" lui dit-il