SCRIPT | jeu

Mon Kongolibon avait bien souffert de ce séjour prolongé au soleil. Il était rouge, chaud et couvert de cloques. Pourtant Kosambela ma soeur me l’avait assez répété : " Si tu ne te couvres pas le Kongolibon, tu vas prendre bonbon !" Elle voulait dire par là, je pense, que si je me montais trop le bourrichon, la cocotte minute finirait par exploser, projetant dans l’air blanc et surchauffé tout ma matière grise. Les ragazzi sur leur vespa l’avaient bien compris, eux qui s’étaient coiffés de ce casque qui leur recouvrait le kongolibon comme un heaume de chevalier ; bon, ça ne les avait pas empechés de se viander comme des malpropres mais ceci est une autre histoire. Pour en revenir à ce satané bus, dans lequel je cuisais depuis une éternité, Kosambela ma soeur aurait dit de lui : "Chi va piano, va sano e chi va sano va lontano." (ce qui voulait dire à peu de choses près : qui va doucement, va surement et qui va surement va loin)" Kosambela c’était le surnom que lui avait donné Nona, ma grand-mère, et qui venait de "Cosa bella" c’est à dire belle chose, mais ceci est une autre histoire.