se connecter
script forum écrire
Prologue

Tout avait commencé un peu plus tôt dans l’année – quand, Tom ne s’en souvient plus trop, les choses se confondent dans sa tête. Autour de janvier peut-être, des rassemblements de collégiens, lycéens et étudiants avaient commencé à secouer l’Europe puis le monde entier.
Au début, Tom, en 4e au collège Jean Moulin de Lyon, s’en fichait un peu de tout ça. Il avait déjà assez à faire avec ses problèmes à la maison, sa mère ne le laissait pas en paix (ou du moins c’est l’impression qu’il avait), et puis il y avait Léa. Léa sa meilleure amie, Léa sa confidente, Léa qu’il regardait, et qui semblait ne pas le voir.
C’est un après-midi comme un autre, un mardi, et Tom est assis avec Mehdi et Léa sur le banc vert juste en face de l’entrée du collège, devant la montée du Gourguillon, dans le quartier de St-Just.
- Vous avez vu ? demande Léa.
- Quoi ? dit Mehdi.
- A Bruxelles, à Berlin, à Londres, partout y a des manifs pour le climat, dit Léa. On n’arrête pas d’en parler, partout. Et nous, là, on est assis sur un banc.
- Ouais, mais c’est notre banc, dit Tom. Il est cool, moi je l’aime bien.
- Merde, mec, dit Léa, nous aussi il faut qu’on fasse quelque chose.
- Oui, mais quoi ? dit Mehdi.
- Manifester, montrer ce qu’on pense. C’est pas énorme, mais c’est déjà ça.
Ils se regardent, les trois amis, un peu dubitatifs. Il fait déjà chaud, ce jour de mars.
- Ok, mais on peut aller acheter un dernier pot de Nutella avant ? dit Tom dans un sourire.

Ça a commencé comme ça, par des trucs cons. Tom voulait plaire à Léa, qui, elle, y croyait à fond – alors il s’est dit ok, moi aussi. Mehdi était inquiet, révolté, en colère, il ne savait pas trop quels mots poser sur ce qui leur arrivait, à tous. Et Léa n’arrivait pas à comprendre comment on pouvait foutre notre propre planète en l’air, comme ça, sans réagir. C’était insensé.
Alors quand le mouvement mondial se mit en place, elle le suivit avec ardeur. Tom et Mehdi aussi, à moitié pour suivre leur amie, à moitié pour la cause qui commençait à sérieusement les préoccuper.
Car chaque jour apportait son lot de nouvelles alarmantes : fonte des glaces, disparition des animaux vertébrés, ouragans, hausse des températures, la Terre craquait de toutes parts.
Ils avaient commencé à lire et chercher des choses sur l’histoire des énergies fossiles, le fonctionnement de l’effet de serre, la dégradation des sols, des mers, à la fois effrayés et fascinés par ce qu’ils apprenaient.
Léa se mit en contact avec les nouvelles organisations militantes, et notamment avec Naomi Lehner, la jeune Allemande qui avait lancé le mouvement Youth for the Future, lequel, en quelques semaines, avait essaimé dans le monde entier. Chaque vendredi, désormais, des milliers de collégiens et lycéens des cinq continents faisaient grève pour protester contre ce qui était en train d’arriver. Ils avaient compris (et Léa aussi) qu’une poignée de personnes (industriels, pétroliers, gérants de grandes entreprises, toutes les pièces maîtresses du système économique mondial) leur avaient volé à tous leur planète, leur futur. Et ça, ils n’étaient pas prêts à l’accepter.

Léa et Naomi commencèrent à échanger sur Telegram, un réseau protégé. Elles parlaient de choses et d’autres, de tout ce qui se passait dans ces nouveaux mouvements, bien sûr, mais aussi de choses plus banales, de leurs vies quotidiennes, de ce qui les amusait. Elles devinrent amies.
Mais bientôt les beaux jours arrivèrent, la fin des cours aussi, un dernier grand rassemblement le 19 juin et ce furent les vacances, chacun repartit dans son coin, Tom dans les Landes, Mehdi dans les Alpes, Léa en Dordogne dans la maison de campagne de ses grands-parents, et Naomi quelque part en Italie. Les jours s’allongèrent. On passa doucement à autre chose.



Chapitre 1
Une étrange enveloppe
Maylis De Kerangal
(...) dans la rue qui résonne comme un défilé rocheux, et disparait. Alors, reprenant ses esprits, Bianca saisit les ciseaux sur l’étagère, et cœur battant à tout rompre, ouvre l’enveloppe.


Chapitre 2
2/ L’inquiétant colis
Collège Jean-Claude Ruet
(...) s’ouvre d’un seul coup et une nuée de corbeau surgit de l’intérieur, entourant la jeune femme, effondrée sur le sol. Une seule de ces corneilles a d’affreux yeux rouges...


Chapitre 3
3/ L’appel...
Collège Jean Moulin
(...) torche, album photo, tout ce qui pourrait l’aider à sauver son frère est dans une valise en moins de cinq minutes ! Elle compte prendre le premier train venu pour se rendre en Ardèche.


Que c’est triste, Joyeuse !
Collège Jean Jaurès
xxxxxéx xxx xx xxèxx x°7 xx xxx xx xxxxxxxx xxxx xxxxéxxxxx, xxxxxx xxxxxxx xx xxxxxx, xxxxxx xxxxxxxx xxxxxxx xxxxx xx xéxxxx, xxx xxxxx xxxxxéxx xxxxxxxxx xx xxxx xx xxx xxx, xxx xxxxxx xxxxx xxx xxxxxéx xxxxxxxx, xxxxx, xéxéxxxx x’xxxxx. xxxxxx xxxxx xx xxxxxx xx xxxxxxxxxx. xxxx, xx xxx xxxx xxxxxxxxx, xxxxxxx xx xxxxxx xxxxxxxx xx xxxxxxxx xxéxxxxxxxxxxx xx xxxxxx xx xxxxxx à xxxx. xéxà, xxxx xxxxxxx xx xxxxxxx xx xxxxx. xxx xxx xx xxxxxx xxx xxxxxx. xxxxxx’xx x’xxxxxx-xx xxxxxxé ? xxxx xèxx xxx xxxx xx xxxxçxxx xx xxxx, xxxxxèxx xx xxxxx xxxxéx xxxxxx xx xxxxxxxx xxxxx, xxxxx xx xxxxxxxx xxxxx, xx xxxxxx xx xxxxxxxx. xxxx x’éxxxxx xxxxxèxx xxx xxxx à xx xxxxxx-xà, xxxxxxxxx à xxx xxéx x’xxxxxxx, xx xxxxxx x’xxxx xxxxxxxxx xéxxxéx à xxxxxxxxx xxxxx xxèxxx xxx xxxxxxx xx xxxxxxx. xxxxxx xxxx xx xxx x’xxxxx xxxxéxxxxx. xxxxx xxxx xx xxxxxxx, xxxxxxxx, xéxxxxx xx xxxxxxx xx xxx xxx, xxxx xx xxxxxx, xxxxxxxx xx xxxxx xxxxx, xx xxxxxxxx, x’xxxxx xxxxxx xx xx xxxxxxxxx xx xx xxxxx xx xxxxx, xxxxxxx xx xxx xxxxxxx xxxxx. xxxx xxxxxxx à xx xxxxxx, xxx xxxxxx xx xxxx xxxx xx xxxxxxx xéxéxxxxx, xxxxxxx, xxxxxxxxx à xxxxxxxx xxxxx xxxxxxxxxxxxx xxx xxx xxèxx xxxxxxxxxx xxxxxxxxx, xxx xxxêxx xxxxxxxx, xxx xxxxxxx, xx xxxx xxxxxé, xxxx xxxxxx xx xx xxx x’xxxxxxxx, xxxxxé xx xxxxxxx, xx xxxxx xxxxxxxxxx xx xxxxx, xxxxx xxx xxxxxxxxxx xx xœxx. xxxx xxxx xxx xxxxxxxx xx xxxxxx xx’xxxx xxxxx xxxx xx xxxxxx xx xxxxxxèxx, xéxxxx xx xxxxxxxxxx, xxxxx xx xxxxxxxxx, x’éxxxx xx xêxx xxxxx. x xxxxx xxxxxxxx, x’xxxxxxxx, xxxx xxxxx xéxxxxé xxxx xxxxxxxxx xx xxxxxx xxxxxxxx xx’xxxx xxxxx xxxxxxx xxxxxxxé xxxx x’xxxxxx à xxx xxèxx ; xx x’xxxxx xxxxxxôx xxx à xxx xxxxxxx, xxxxxxxxxxx xxxxxé xxx xxxxx xxxxxxxxx, xx xx x’xxxxx xxxx xxxxxx ôxé, xxxxx, xxxxx’à xx xx’xxxx xx xxçxxxx xxxx x’xxxxxxxxx xxxxxxx. xx xxxxx xxxxxxxx xxxxx. xxxxxxx xxxxxx xxxx xx xxxxx, xx xxxxx xx xxxxxx, xxxx xxxxxxxxx, xxxxx xx xxxxx xx xxxxxx xxxxx’à x’xxxêx xx xxx, xxxxxxxxx xxxxxxx xx xx xxxxxxx xxxxxx xx xxxxxxx, à xxx xxxxxxxxxxx xx xxxxxèxxxx. x’xxxèx x’xxxxxxx, xx xxx xxxxxx xxxxxxxx xxx xxxxxxx. xxx xxxxxx. xx xxxxx xxxxx xxxèxx xx xxxx, x’xx xxxxxxxx, xxxx x’xxxêxx xxxxxxôx. xxx xxxxxxxxx x xxxx xxxxxxxx xxx xx xxxxxxxx xxxéxxxxxx, xx xéxxxxx xx xxx xxxx xxxxxx. xxxx xxx xxxxxxxxxx, xxxxxx xxxx xx xxxxxx xxxxxx xxxx x’éxxxxxx. xxxx xxxxèx. xxxx xx xxxxx xx x’xxxxxxx xxxx xxxxxxxxxxxxx, xx xôxé, xxxx xxxx xxxxxxxxx xx xxxxxxx xxxxx. xxxx xxxxxxxx xxxxx xxx xxxxxx xxxxx xxxxxxx xxx xxx xxxxxxx... xxx xxxxxx xxx xxxxxxxx… xxx, xxxüxxx, xx xxxxxxxxx xxx xxx xxèxx xxxxx xéxxxx à xxxxxxxxxxx ! xx x’xxxxx xxxxéx xxxxx xx xxxxxxx à xxxxxx xx xxxxxx xx xx xxxxx xx’xx xxxxxx xx xxxxx. xxxxxx-xx xxxxxxxx xxx xx xxxx xxxx ? xx xxx xxxxxx xxxxx xx x’xxxxxx x’xxxxxx xxxx xx xxxxxxxxxxx xxxxxxx. xxxxxxxx xxxxxxxxx xxx xxxxxxxxxx xxxxxxx xx xxxxxxxxxx. xxx xxxxxxx, xx xxxx xxxxxxxx, xx x’xxxxxxxxxx çx xx xà xxxx xx xxxxxxx xxxxxx. xxxx xx xéxxxxxx x’éxxxxx xx xéxxxxx. x’xxx x’xxxxx xxxxx xxxxx xx xxxx. xxxxxôx, xx xxxxx xxxxx xxxxxxx, xx xêxx xxxxx xxxxxx xx xxxxx, xx xxxxx xxxxxxxx xxxx xxx xxxx à xxxx-xxxxéx, éxxxxxx xx xxxxx à xxxxx xxx xxx xxxxxx xxxxxxxxx. xxxxxxx xxx xxxxxxx xxxx xxxxxéx xxxxxx xx xxôxx xx xxx xxx xx xéxxxxx xxxxxxxxxxx xxxx xx xxxxxxx. xx xxxxxxxxx xxx xxxéxé, xx x xxxxxé x’xxxxxxxx, xx xxxxxxxx xxxx xxxxxx. xxxxxxx xx xx xxxxxxx, xxxxxx xxxxxxx xx xéxxxxxx xxxxxx. xxx xœxx x’xxxxxxx ! xxxx xxxxx xxxxxxxîxxx, xxxx x’xxxxxxxxx, xx xxxxxxxx xxxxxé xxxxxxxxxé xx… xxx xxèxx ! xxxx x’xxxxx xxxxxxxxxxxx xxx xéxà xxxx xxxx xx xxxx. xxx xxxxxxxxx xx xxxxxxxxxx xxxxx. xxxxxxx-xx xxxx xxx ? xxx xxxxxxxxx-xxx xxxxxxxx ? xxxxxx x-x-xxxx xxxx xxxx xx xxxxxxx à xxxxxxx ? xx xxx xxxx xxxx xxxx xxxxx xxxxxx xxxxèxx, xxxx xxxxxxxîx xxxxxxxxxx xxx xxxxx xxxxxxxxx, x’xxxxxxx xxxxé, xxx xxxxxx xxxxxxxx, xx xxxx xxxx xxx xxxxxxxx. xxxx xxxxxxx. xx xxx x’éxxxxxx. xx xxxx xx xx xxxxxxx xxxxxxxxxxx xx xxxxx xxxxx. xxxx xxx xxxxx. xéxxxxx, xxxx xxxxxxx xxx xxx à xx xxxxxxxxx xx xx xxxxx xx xxxxx, xx xxxxxx xxxx éxxxxxx xx xxxxxx xx xxxxxxxx xxx xèxx à xx xxxxxxx xxxxxxx xx xxx xxxxxxx, xxxxxx xx xxxxxx, xxxxxxxéx xxxxxx xxx xxxéxx. xx xxé xxxx-x-xxxx xxxxxxxx xxxx xx xxxx xxx xxx xx xxxxxxxx xxxx, xéxxxxxxx, xxxxxx xxxxx, xxxx xxx xxxxxxxx xxxxxxx xx xxx xxxxxx x’xxxxxxéxx ? xxxxxx xxxxxx xx xxxx. xx xxxxxxx xx xéxxx xx xxxxx. xxxx xxxxxxx xxxxxé xxxx. xxxxxxxxxx, xxxx xxxxxx xx xxé xxxx xx xxxxxxx, xxxxxxxxx xx xxxxx. xxxxxxxxxx. xxxx à xxxx xxx xxxxx xxx xxxxxx xx xxxxxxx xxxx xxxxxxxx, xxx xxxxxx xx xxxxxxxx xxxx xx xxxxx, xxxxx xxx xxxxxx x’xxxxxx. xxxxxx xxxèxx xxx xxxxxx xxxx xxx xxxxxxxxx. x’xxx xxx xxèxx (...) Tout à coup une ombre lui saisit le poignet avec violence, les ongles se plantent dans sa chair, comme des serres d’oiseau. Bianca relève son visage vers son agresseur. C’est son frère !

SCRIPT | Collège Jean Jaurès

Script :
Bianca prend le train pour aller en Ardèche (TGV Paris-Montélimar). Alors qu’elle ressort rapidement du wagon pour aller acheter des cigarettes, un homme fouille son sac (mais ne vole rien). Elle croit reconnaître le coursier tatoué mais le perd de vue dans le train bondé.
Le voyage est triste, fatigant et ennuyeux.
Arrivée à Montélimar, elle attend le car pour Joyeuse (environ 60 km), elle est observée par une corneille aux yeux rouges qui a une plume blanche (elle croit reconnaître Graüben, celle que son frère avait apprivoisée autrefois).
Pendant le trajet, le car est doublé par une voiture qui manque de provoquer un accident. A nouveau, Bianca croit y voir le coursier avec… son frère !
Elle arrive en pleine nuit à la vieille maison de famille qui est inhabitée depuis longtemps (nous n’avons rien précisé à propos des parents de Bianca, mais ils sont morts ou ne vivent plus là, en tous cas). Elle retrouve la clé cachée sous un vieux pot de fleurs et ouvre la porte. Soudain une main agressive attrape son poignet… c’est son frère.

Nous avions quelques idées sur la suite des événements mais nous ne voulons pas vous influencer. Cependant, il semble que le coursier et le frère se connaissent (et que ce dernier ait attiré Bianca dans un piège). Pourquoi ? Qui est-il (un ancien voisin, ami ? autre ? ) Quelle est cette histoire familiale complexe (nous n’avons pas évoqué l’album de famille) ? Que viennent faire les corneilles dans tout cela ?

liens :

http://www.psychologies.com/Famille/Relations-familiales/Soeurs-Freres/Articles-et-Dossiers/Frere-soeurs-pourquoi-certains-se-detestent-toujours

http://www.ifpvps.fr/IMG/pdf/FL-Freres_soeurs_maladie_amour.pdf

http://www.psychologies.com/Dico-Psycho/Psychopathe

http://panache.yourme.net/t8580-une-corneille-semi-albinos

http://www.dmaisons-rhonealpes.com/achat-vente-joyeuse-1661-133136ap.jpg

FORUM
2

La vengeance...
College Jacques Coeur

2019