se connecter
script forum écrire
Prologue

Résumé de la pièce Comment on freine ? Vingt lignes.
Critique de la mise en scène dans le style journalistique. Deux pages format A4.

Hugo souligne d’un beau trait rouge la phrase qu’il vient d’écrire mais en retirant la règle, le rouge, pas sec, bave un peu sur la page blanche.
Tant pis.
Le devoir est à rendre pour le lendemain matin, il est 22 heures et la note compte double.
Faut s’y mettre, faut s’y mettre.
Alors c’était quoi déjà, l’histoire ?
Il était au dernier rang entre Samantha et Nassim, ils ont joué pendant toute la représentation à Rider, sans se faire prendre, la prof est complètement bigleuse.
Alors donc, voilà.
Voilà, voilà, voilà.
H&M, c’est pas possible, au boulot !
C’est son surnom à l’école. Les initiales de son nom.
Hugo Martinet.
Et c’est aussi parce qu’il est plutôt du genre très stylé.
Baskets de marque, tee-shirts aussi.
Il aime les habits et sa mère ne lui refuse rien, même si, parfois, elle a des accès de sévérité, pour faire comme si.
Depuis que Papa est parti, l’appartement est sens dessus dessous et le frigo, assez vide.
Il contemple les lignes bleues de sa copie comme des vagues qui l’emportent au loin, vagues d’écume, déferlantes de sommeil, nager, dormir, c’est quand les vacances ? Et où c’est qu’on va, cette année ? Et est-ce que Papa va revenir ? Et...
Tu te disperses, H&M. Défaut de concentration. Elle a raison, la prof.
Donc, au début, sur la scène, y avait que des cartons de déménagement et pas de vrai décor, c’était pas comme je croyais, le théâtre, et en plus, il se passait rien, y avait que des gens qui parlaient
Mais de quoi déjà ?
Hélyette, la première de la classe, avec qui il a la cote, lui a un peu expliqué l’histoire mais il n’a pas tout retenu car elle a vraiment de trop beaux yeux pour pouvoir l’écouter, sans se déconcentrer.
Dans les cartons, y avait que des habits, et tout à coup, il y a une indienne qui est sortie d’un carton et qui s’est mise à danser, dans une robe rouge de là-bas, mais en fait, elle était pas indienne, elle était plutôt ouvrière, ou plutôt morte, non, plutôt revenante, comme un fantôme, je sais pas mais très jolie.
Bon, c’est pas bon. Je recommence.
Hugo prend une nouvelle copie et réécrit l’intitulé de l’exercice, qu’il souligne, sans baver cette fois.
Ok, maintenant, c’est la bonne. Et ensuite, sous la couette.
Donc, c’est l’histoire d’un couple qui arrive dans un nouvel appartement, et la femme, elle sort de l’hôpital parce qu’elle a eu un accident de voiture le même jour qu’une usine qui s’est effondrée en Inde
Mais non, c’est pas en Inde, c’est où déjà ?
Se souvenant tout à coup qu’il s’agit d’une histoire tirée de la réalité, Hugo enlève son sweat-shirt tout neuf trop cool qu’il adore, regarde l’étiquette intérieure écrite en toutes les langues, ah voilà le français : 100% coton, chlore interdit, made in China.
Mais c’était pas China dans la pièce, c’était quoi déjà ?
Il regarde l’heure, il regarde son lit. Si sa mère était là, elle lui dirait d’aller se coucher et plus vite que ça.
Il finira demain, il mettra son réveil une heure plus tôt, et puis voilà, c’est pas un drame quand même.
Il va pour fermer les volets de sa chambre quand tout à coup, dans l’immeuble d’en face, la fenêtre de Madame Tortue s’illumine d’une lumière violette, presque irréelle. Une femme en sari rouge le regarde sans rien dire. Au même moment, sa lampe de bureau s’éteint brutalement.



Mother B
Léa s’éveilla en frissonnant. Elle regarda par...
SCRIPT |

Léa s’éveilla en frissonnant. Elle regarda par la fenêtre et vit le jardin couvert de neige. En un instant, elle fut debout, en alerte. La veille encore, elle se prélassait sous les arbres, en se plaignant de la chaleur trop intense qui lui ôtait toute envie de bouger. Elle enfila un pull chaud, fonça à la cuisine et s’aperçut que les vitres étaient givrées : elle aurait du femer les volets. Mais comment deviner qu’à ce jour d’été caniculaire succèderait un jour d’hiver glacial ? La nature ne parvenait pas à s’en accomoder, le cycle des saisons raccourcissant de plus en plus pour se dérouler sur quelques jours, voire une seule journée. Les premiers temps, les changements de saison s’étaient précipités, mais permettaient encore de se repérer grâce aux indices familiers : feuilles jaunissant, annonçant l’automne, bourgeons à la veille du printemps.
Léa après avoir enfilé sa combinaison de ski et ses bottes fourrées, sortit déblayer la neige en pensant à sa voisine âgée qui ne parvenait pas à s’adapter à cette succession accélérée des saisons : elle risquait tout bonnement de s’être endormie la fenêtre grande ouverte la veille, en toute confiance. Il lui fallait immédiatement vérifier que tout allait bien pour elle.
Elle entendit l’appel de la tour, annonçant l’arrivée de la neige, et mettant en garde les citoyens contre le froid. Comme d’habitude, les autorités étaient en retard sur les prévisions météorologiques, celles -ci devenant de moins en moins précises au fur et à mesure que remontait de la terre les produits chimiques injectés pendant la dernière année. Hier encore, c’était l’été, soupira-t-elle, en chantonnant sur l’air de la chanson d’Aznavour, en cueillant au passage un abricot sur l’arbre enneigé pour l’offrir à sa voisine en guise de réconfort.

FORUM
0

cb
UNE LONGUE ATTENTE

2018